La tendance du végétarisme et du véganisme prend de l’ampleur au Canada où plus de trois millions de personnes ne mangent plus de viande, selon Sylvain Charlebois, directeur scientifique à l’Institut de recherche en analyse agroalimentaire. Le Québec se trouve dans la moyenne canadienne. Quant aux individus véganes (près d’un million, dont la moitié est âgée de moins de 35 ans), ils refusent aussi de consommer des objets fabriqués à partir d’animaux, comme le cuir dans les voitures et les meubles ou la laine dans certains vêtements.

Le véganisme, qui était d’abord un acte activiste, est devenu un mode de vie. Pas surprenant alors que la demande pour des circuits gastronomiques incluant une nourriture végane s’intensifie à un point tel que certains voyagistes, comme Intrepid Travel, conçoivent des circuits entiers basés sur cette thématique. Les premiers départs pour l’Italie, l’Inde et la Thaïlande sont complets. Des destinations comme Portland, en Oregon, comptent plusieurs restaurants qui servent exclusivement des aliments véganes ou comprennent des options véganes au menu. Le Québec n’est pas en reste et pourrait tabler sur cette tendance pour offrir des visites gastronomiques à une clientèle friande de découvertes.

Sources : Radio-Canada et Skift
Photo: Steven Lewis, Unsplash


logo_rvt_fr

Le Réseau de veille en tourisme est un organisme spécialisé dans la veille stratégique en tourisme. Il a été créé par la Chaire de tourisme Transat de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, le 30 janvier 2004, grâce au soutien financier de Développement économique Canada et du ministère du Tourisme du Québec. Sa mission est de repérer, collecter, analyser et diffuser de l’information à valeur ajoutée afin de soutenir la compétitivité de l’industrie touristique québécoise et de favoriser une meilleure vision prospective chez ses dirigeants.