Tout a débuté avec un projet familial sur un domaine privé de 25 kilomètres carrés.

Patricia Brouard et son conjoint, amoureux de la nature, ont voulu créer un petit havre de paix, quelque part à Saint-Paulin, en Mauricie. «C’était au départ un petit projet de 12 chambres et une salle à manger. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, on a 89 chambres, deux chalets!»

Baluchon2

Si l’entreprise connaît autant de succès, c’est en partie en raison de son attachement au territoire qu’elle occupe. Les établissements et ses sentiers les reliant sont conçus dans le respect de l’environnement et du patrimoine. De là le terme «éco-villégiature».

La préoccupation pour l’environnement existait donc dès le départ de la conception du projet. Mais une autre notion était déjà chère aux propriétaires, celle de l’accessibilité.

«Dès le départ, pour nos sentiers, on a opté pour un pavé en bois. C’était une manière de permettre à tout le monde de se connecter à la nature, incluant ceux qui ont des défis à la mobilité. C’est un trajet d’environ 1,2 kilomètre, qui donne l’accès à un superbe belvédère.»

Ce pavé en bois sert doublement la cause de l’écovillégiature : «Ce tracé-là donne des indications implicites aux visiteurs. Il indique aux passants où on peut circuler, sans empiéter sur la nature, sans nuire à la rivière, en protégeant notamment ses rives. »

Baluchon4Pour ces mêmes raisons de soucis écologiques, il y a quelques recoins du site qui sont plus difficiles d’accès en fauteuil roulant, par exemple. Patricia en est bien consciente : «Il y a certaines portions du terrain plus inclinées. Comme on veut conserver le milieu à son état le plus naturel possible, on ne veut pas dynamiter pour aplatir. On préfère aviser nos visiteurs à l’avance, par précaution, que certains tronçons peuvent nécessiter une assistance, en fauteuil roulant.»

Pour l’extérieur, ça allait, donc. Mais les propriétaires sont aussi soucieux d’offrir un intérieur reposant et adapté aux besoins de chacun. «Nos chambres n’étaient pas entièrement accessibles. Et malheureusement, remettre à neuf une chambre, c’est très coûteux.» Une rencontre fortuite a toutefois changé la donne «Mais un moment donné, les astres se sont alignés, lors d’une assemblée de Tourisme Mauricie. Nathalie Roy de Kéroul était là pour présenter le Programme d’accessibilité des établissements touristiques (le PAET). On a saisi notre chance!»

Aujourd’hui, deux chambres sont accessibles. Et celles-ci sont communicantes, pour une très bonne raison : « Une personne handicapée qui viendrait avec son accompagnateur pourrait quand même profiter de l’intimité qu’offre une chambre, en sachant que son aide est juste à la personne d’à-côté. C’est très logique, on est heureux d’offrir cette possibilité.»

Et ce n’est pas terminé : les projets vont bon train, au Baluchon «On souhaite ajouter des chalets prochainement. Et ceux-ci, on souhaite qu’ils soient accessibles dès le départ!»

Comme quoi l’accessibilité est une petite bête qui s’apprivoise rapidement!

 

Consulter les autres articles de la catégorie L’accessibilité au menu!


 

keroulFondé en 1979, Kéroul est un organisme à but non lucratif dont la vocation est de favoriser l’accessibilité des établissements, des activités et des services touristiques et culturels au Québec. Kéroul est l’interlocuteur privilégié du ministère du Tourisme du Québec en matière d’accessibilité: il forme le personnel de première ligne, procède à l’évaluation de l’accessibilité des établissements touristiques et gère le Programme d’accessibilité des établissements touristiques (PAET).