Quand on parle d’accessibilité pour les personnes handicapées, la première chose qui vient en tête est l’accès à l’établissement et aux toilettes. Cette idée peut être résumée par le concept du parcours sans obstacles.

Qu’est-ce que le parcours sans obstacles ?

La notion de parcours sans obstacles vise à diminuer ou à éliminer les obstacles rencontrés par les personnes handicapées lors de leurs déplacements, d’un point d’origine à la destination. Prenons l’exemple d’Audrey qui souhaite se rendre au restaurant. Comme elle est une personne aveugle utilisant une canne blanche, elle doit être en mesure de savoir si tous les éléments de la chaine de mobilité de chez elle à l’établissement sont accessibles.

fig-keroul

Aller au-delà des infrastructures

Le parcours sans obstacles comporte néanmoins de nombreuses lacunes. En effet, il analyse principalement les besoins physiques des personnes ayant une déficience, alors que les besoins des personnes handicapées sont extrêmement variés ! L’accès à un bâtiment et à une toilette accessible n’est pas suffisant. En s’y limitant, l’expérience peut s’avérer très incomplète.

Considérant ceci, il est primordial de se questionner sur la qualité de l’activité. Nous aborderons ici l’accessibilité communicationnelle et le rôle de l’humain.

L’accessibilité communicationnelle

L’accessibilité des communications est régulièrement éclipsée puisqu’elle est souvent invisible. Une personne sourde aura par exemple besoin d’un interprète en langue des signes pour participer à une activité. Une personne aveugle pourrait quant à elle requérir un site Web accessible par lecteur d’écran pour faire une réservation. Sur place, une personne ayant une déficience intellectuelle apprécierait une signalisation simple et claire pour se repérer.

Le rôle de l’humain

L’inclusion passe d’abord et avant tout par l’humain. Un contact de qualité avec le personnel fait toute la différence, qu’il y ait des lacunes architecturales ou non. Pour les employés, la formation est nécessaire, que ce soit pour apprendre comment interagir avec une personne handicapée que pour savoir comment l’assister en toute sécurité, lorsque nécessaire. Les employés peuvent aussi apprendre à jouer le rôle de médiateur en favorisant les échanges avec les autres participants.

Audrey au restaurant

Reprenons l’exemple d’Audrey qui désire aller au restaurant. Un parcours physiquement sans obstacles est nécessaire pour qu’elle puisse se rendre sur place. Une bonne signalisation tactile l’aidera à se diriger aux endroits accessibles en toute autonomie.

Le cœur de l’expérience sera toutefois l’attitude des employés et des autres visiteurs. L’employé idéal accompagnera Audrey dans sa découverte de l’établissement. Il pourra lui proposer de l’accompagner à la table et de lire le menu. Une fois que le plat sera sur la table, il pourra décrire les différents éléments qui s’y trouvent. Il lui demandera finalement comment il pourrait l’aider pour procéder au paiement. Au bout du compte, Audrey ressortira comblée par cette expérience, comme tous les autres visiteurs !

Une expérience inclusive

Offrir une expérience inclusive est certainement un défi, mais un défi n’est jamais impossible. En collaborant avec des organismes et des personnes handicapées de votre région, vous pourrez planifier en amont les besoins et les mesures à prendre. Vous pourrez offrir une expérience inclusive plus vite que vous le pensez !

 

Consulter les autres articles de la catégorie L’accessibilité au menu!

 


 

keroulFondé en 1979, Kéroul est un organisme à but non lucratif dont la vocation est de favoriser l’accessibilité des établissements, des activités et des services touristiques et culturels au Québec. Kéroul est l’interlocuteur privilégié du ministère du Tourisme du Québec en matière d’accessibilité: il forme le personnel de première ligne, procède à l’évaluation de l’accessibilité des établissements touristiques et gère le Programme d’accessibilité des établissements touristiques (PAET).