Mise en contexte

Si des recherches ont déjà été menées pour identifier quels sont les facteurs qui jouent sur la mémoire, cette étude vise à comprendre pourquoi les expériences culinaires en voyage sont particulièrement mémorables. La mémoire et les souvenirs s’avèrent particulièrement intéressants pour les destinations, car c’est un facteur de retour, d’attachement au lieu et de bien-être pour les visiteurs. Ainsi, les expériences mémorables sont associées à la compétitivité des destinations.

Plusieurs facteurs ont été identifiés par les chercheurs comme menant à des expériences mémorables dans le cadre du tourisme culinaire (EMTC). Le voyage, couplé à la nourriture, aux breuvages et aux attitudes et émotions individuelles, engendre probablement la création de souvenirs.

 

Cadre théorique

Dans le cadre du tourisme culinaire, plusieurs chercheurs s’accordent pour dire que le processus de mémorisation est spécifique à ce type de tourisme, et diffère du mécanisme de création de souvenirs à l’occasion d’un tourisme plus standard. Les attributs associés au contexte culinaire sont notamment : le lieu, la nourriture, les gens avec qui l’on partage cette expérience, la nouveauté, mais aussi certaines émotions (confort, désagrément, stimulation, affect). Par ailleurs, l’environnement du voyage implique davantage de sens qu’une expérience gastronomique à domicile.

D’autres chercheurs relient les EMTC avec les attitudes et les émotions individuelles. La création de souvenirs pourrait varier selon les attentes et la planification prévoyage des touristes.

Objectifs

Ainsi, cette étude vise à :

  • Proposer des raisons qui poussent les touristes à percevoir les EMTC comme étant mémorables ;
  • Comparer les perceptions concernant la création de souvenirs des touristes, selon leur motivation.

 

Méthodologie

Les données proviennent d’un sondage mené à l’automne 2019 par la World Food Travel Association auprès des touristes d’agrément américains (n=435) ayant pris part à au moins un séjour d’une nuitée dans l’année qui précédait. Les répondants ont été recrutés par le biais d’un panel d’une entreprise de recherche, afin de s’assurer que l’échantillon soit représentatif. L’enquête s’articule autour de la question suivante : « Pourquoi pensez-vous que les expériences liées à la nourriture et aux boissons sont tant faciles à se remémorer ? En voyage, les expériences de nourriture et de boissons sont mémorables, car… », qui a été récupérée d’une étude précédente concernant les expériences de voyage mémorables et les EMTC. (Sutton, D. [2001]. Remembrance of repasts: An anthropology of food and memory. Berg.).

Ainsi, les répondants devaient noter de 1 à 5 sur une échelle de Likert l’affirmation suivante : « Je voyage dans le but d’apprécier des expériences mémorables en matière de nourriture et de boissons. ». Par la suite, ils étaient séparés en deux :

  1. Les individus qui voyagent pour vivre des EMTC (d’accord ou entièrement d’accord) ;
  2. Les autres (neutres ou pas du tout d’accord).

Les deux groupes étaient ensuite comparés pour déterminer quantitativement si les perceptions liées à la création de souvenirs pouvaient être reliées à leurs attentes prévoyage. L’analyse a été menée à l’aide de SPSS 25.

Réseau de veille

 

Résultats

Les données récoltées confirment que les EMTC sont davantage mémorables que d’autres types d’expériences touristiques, notamment à cause des facteurs suivants :

  • Les connexions sensorielles. Les activités liées à la nourriture et aux boissons font davantage fonctionner les sens (vue, odeur, goût, toucher) que d’autres activités pratiquées en voyage.
  • Les connexions émotionnelles. Les EMTC procurent des émotions positives (bonheur, plaisir, joie et excitation), elles-mêmes reliées à la mémoire, d’après plusieurs chercheurs.
  • Les liens sociaux et interpersonnels. Le tourisme culinaire est associé à la création et au renforcement des liens sociaux, notamment à travers la formation d’un environnement social qui se démarque des autres activités touristiques. Les liens interpersonnels permettent aux voyageurs de mettre en relation les souvenirs rattachés à un endroit, à un certain plat et à des gens.
  • Les liens liés à la nouveauté et à l’expérimentation. Le voyage mène à des expériences uniques (et à une grande variété d’offres culinaires), car bien souvent les touristes découvrent et pratiquent des activités pour la première fois. Aussi, ils sont encouragés à entreprendre de nouvelles choses non réalisables à la maison.
  • Se concentrer et rester attentif. Lors du voyage, les individus accordent plus d’attention aux activités qu’ils effectuent que dans leur environnement familier. Des détails du quotidien deviennent des souvenirs dans un contexte comme celui du voyage.
  • Les liens réflexifs. La gastronomie expérimentée lors du voyage peut se présenter à nouveau au touriste au cours de sa vie, à la télévision, par exemple. Ceci est susceptible de leur remémorer des EMTC passées.bb

Enfin, les individus qui voyagent pour vivre des EMTC (a) perçoivent qu’il y a un plus fort lien entre ces expériences et les souvenirs, comparativement à l’autre groupe (b). Ceci signifie que la mémoire est davantage reliée aux expériences planifiées (et non imprévues), et, ainsi, à l’importance individuelle accordée aux activités culinaires.

Implications managériales

Les destinations et professionnels du tourisme culinaire ne devraient pas seulement se concentrer sur l’expérience en elle-même, mais aussi sur les liens entre le tourisme culinaire et la mémoire (activation des sens, émotions positives, liens sociaux). Concrètement, les gestionnaires pourraient proposer des expériences mettant l’emphase sur les relations entre les participants et sur l’expérimentation. Aussi, il est important d’envisager qu’un touriste venu spécifiquement chercher des EMTC n’aura pas les mêmes attentes qu’un touriste traditionnel, qui se satisfera d’expériences plus modestes.

 

Source : Stone, M. J., Migacz, S., & Sthapit, E. (2021). Connections Between Culinary Tourism Experiences and Memory. Journal of Hospitality & Tourism Research. https://doi.org/10.1177/1096348021994171

©Photo à la Une: Pexels

Consulter les autres articles de la catégorie Dans la mire du Réseau de veille


 

logo_rvt_fr

Le Réseau de veille en tourisme est un organisme spécialisé dans la veille stratégique en tourisme. Il a été créé par la Chaire de tourisme Transat de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, le 30 janvier 2004, grâce au soutien financier de Développement économique Canada et du ministère du Tourisme du Québec. Sa mission est de repérer, collecter, analyser et diffuser de l’information à valeur ajoutée afin de soutenir la compétitivité de l’industrie touristique québécoise et de favoriser une meilleure vision prospective chez ses dirigeants.    

                 

 

pca_compact_couleurs

Cet article vous est offert grâce au soutien du Partenariat canadien pour l’agriculture.